Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de @@nickname@@
  • Le blog de @@nickname@@
  • : je mets mon petit savoir au service de tous serviettage - couture -cuisine - mosaïque - histoire - photos - jeux - swaps - échanges ATC home déco
  • Contact

A VISITER

GIFS

http://gifs-et-compagnie.over-blog.com

http://mamietitine.center-blog.net

 

LA ROCHE AUX ABEILLES

 

main_dans_la_main_035b

  http://mongite.aliceblogs.fr

Sans titre 1

  LES TATALOTAGS ADDICT

 

ETIQUETTES ET DIVERS

cr_er_vos_d_cos

     


technique windowscolor
    


 

idée de Ludwina
brocante Virtuelle

Cliquez sur le bouquet Arlequin pour l'agrandir


  AQUARELLE FLEURS
http://www.aquarelle.com


MES RIENS QU'A MOI


http://www.byquenynjolie.com

la_grande_ourse
marcheauxtissus.canalblog.com

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

PRENOM DES COPINETTES

SANS BLOG

1 CATHERINE A
2 SABRINA M anniv 24 juillet
3 MARIE THERESE

4  Amilo
5 STELLA
6 mimi14866

Recherche

copinettes sans blog

 

 

 1 Cathrine A

2 Sabrina M anniv 24 juillet
3 Marie-Thérèse

 4 tinou66

5 Anne-marie

6 AnnieG

7 Kooki

8 CatherineF

9 Syl

10 Eliane

 

 


Archives

BLOG BOUTIQUE

 

 

10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 21:26

 

> LES BILLES ROUGES

J'étais à l'épicerie du coin en train d'acheter des pommes de terre nouvelles. J'ai remarqué un petit garçon, d'ossature délicate, pauvrement vêtu mais propre, regardant avec envie un panier de fèves vertes fraichement cueillies.

J'avais déjà payé pour mes pommes de terre mais je me suis arrêté aux fèves vertes. J'adore la soupe aux fèves et aux patates. Choisissant des fèves, je ne pusm'empêcher d'entendre la conversation entre Monsieur Miller (le propriétaire du magasin) et le pauvre garçon qui était à côté de moi.


"Hello Barry, comment vas-tu aujourd'hui?"

"Hello M. Miller, Ça va bien merci, j'étais juste en train d'admirer vos fèves. Elles ont l'air vraiment très bonnes."

"Elles sont bonnes Barry. Comment va ta mère?"

"Bien. Elle n'arrête pas d'aller mieux."

"Bien. Puis-je faire quelque chose pour toi?"
"Non Monsieur, je ne faisais qu'admirer ces fèves."
"Voudrais tu en rapporter à la maison?" demanda M. Miller.
"Non Monsieur, je n'ai rien pour les payer."
"Et bien, que pourrais -tu me donner en échange de quelques fèves?"
"Tout ce que j'ai, c'est ma précieuse bille que voici."
"C'est une vraie? Laisse moi la voir." dit M. Miller
"Voici, elle est de qualité."
"Oui, je peux voir ça. Hmmmm, la seule chose c'est qu'elle est bleue et j'en recherche une rouge vif. En as-tu une rouge comme ça chez toi?"
"Pas rouge vif, mais presque..."
Tu sais quoi, ramènes ce sac de fèves avec toi à la maison et quand tu repasseras dans le coin, tu me montreras cette bille rouge" lui dit M. Miller.
"Bien sûr M. Miller. Merci."
Madame Miller, qui était debout juste à côté, est venue pour m'aider... Avec un sourire, elle a dit "Il y a 2 autres garçons comme lui dans notre quartier, les trois sont dans des conditions vraiment précaires. Jim adore marchander avec eux pour des fèves, des pommes, des tomates ou n'importe quoi d'autre. Lorsqu'ils reviennent avec leurs billes rouges, et ils le font toujours, Jim décide que finalement il ne veut plus de rouge et les renvoiechez eux avec un sac d'une autre marchandise en échange d'une bille verte ou une orange, lorsqu'ils reviendront au magasin."

J'ai quitté le magasin avec un sourire au coeur, impressionné par cet homme. Peu de temps après j'ai déménagé au Colorado, mais je n'avais jamais oublié l'histoire de cet homme, les garçons et leurs marchandages de billes.

Plusieurs années passèrent, chacune plus rapidement que les précédentes. Récemment j'ai eu l'occasion de visiter de vieux amis dans ce quartier de l'Idaho et pendant que j'y étais, ce M. Miller venait de décéder.

Il y avait les funérailles ce soir là et sachant que mes amis désiraient s'y rendre, je les ai accompagnés. À notre arrivée au salon, nous étions en ligne pour rencontrer les personnes éprouvées et leurs offrir nos sympathies.

Devant nous il y avait trois jeunes hommes. L'un d'eux était en uniforme d'armée et les deux autres hommes étaient bien coiffés, en habits noirs et chemises blanches... tous paraissant vraiment bien. Ils s'approchèrent de Madame Miller, qui était debout, calme et souriante à côté du cercueil de son mari. Chacun des trois jeunes hommes lui fit une caresse, l'embrassa sur la joue, lui parla brièvement et s'approcha du cercueil.

Ses yeux bleus clairs rougis les suivèrent et, un par un, chacun des jeunes hommes s'arrêta brièvement et mit sa main tout au dessus de la main pâle et froide dans le cercueil. Chacun d'eux sortit maladroitement du salon, en essuyant leurs yeux.

C'était notre tour de rencontrer Mme Miller. Je lui ai dit qui j'étais et lui rappela l'histoire d'il y avait longtemps et ce qu'elle m'avait raconté concernant les marchandages de billes. Avec ses yeux brillants, elle prit ma main et me conduisit au cercueil.


"Ces trois jeunes hommes qui viennent juste de quitter étaient les garçons dont je vous parlais. Ils viennent tout juste de me dire combien ils avaient apprécié la façon dont Jim les "marchandait". Maintenant, finalement, puisque Jim ne pouvait plus changer d'idée concernant la couleur ou la grosseur de la bille... ils sont venus payer leur dette."


"Nous n'avons jamais eu l'occasion de faire fortune dans ce monde" me confia t'elle "Mais présentement, Jim se serait considéré comme l'homme le plus riche de l'Idaho."


Avec tendresse, elle leva les doigts de son mari décédé. En-dessous de sa main se trouvaient trois billes d'un rouge éclatant.


La morale: On ne se souviendra pas de nous pour nos paroles, mais pour nos bonnes actions... La vie ne se mesure pas par le nombre de respirations que nous prenons, mais par les moments qui font que l'on retient notre respiration...


Aujourd'hui je vous souhaite une journée remplie de ces petits bonheurs - Du café frais que vous n'avez pas préparé vous-même... Un coup de téléphone d'un vieil ami... Des feux verts sur votre chemin pour vous rendre au travail... La ligne la plus rapide à l'épicerie... Une bonne chanson à la radio... Vos clés retrouvées à la même place que vous les aviez laissées.


 fais circuler ce message aux personnes que tu n'oublieras jamais... Je viens juste de le faire... en le mettant sur mon blog


Si tu ne l'envoies à personne, ça veut dire que tu es trop occupé avec toutes sortes de choses, même pas capable de voir les petits bonheurs lorsqu'ils arrivent.
CE N'EST PAS CE QUE TU RÉCOLTES, MAIS CE QUE TU SÈMES QUI DIT QUEL GENRE DE VIE TU AS VÉCU

               vivre, aimer rire   Vivre, Aimer, Rire

 

Partager cet article

Repost 0
Published by chipie95320 - dans news et info
commenter cet article

commentaires

bernadette 11/04/2012 11:45


Magnifique histoire


Bisous

passions and co 10/04/2012 23:06


La vérité pure et touchante!


Belle histoire!!


Bonne nuit et gros bisous.    MC

bilounette 10/04/2012 22:50


Quelle belle histoire trés touchante, et tellement vraie.


Je te fais de gros bisous.


Bilounette

tinou66 10/04/2012 22:35


je l'avais moi aussi reçue mais super leçon de vie


tinou66

loulou 10/04/2012 22:29


je l'ai reçu par mail d'une amie, et je l'ai envoyé a tous mes amis (es) parce que c'est tellement vrai......plein de gros bisous ma bichette, prend bien soin de toi!!!

communauté

disons plutot forum

SARAHKAY

BONNES FETES 2013/2014

105 3082

pour me contacter

ne jamais eteindre ....

105_1204.jpg